La Gaule Romaine


- 51 : Pacification et romanisation de la Gaule

- 46 : Vercingétorix est étranglé dans un cachot de Rome

- 44 (15 mars) : Assassinat de Jules César à Rome

- 43 : Fondation de Lyon (Lugdunum) sur la colline de la Fourvière

- 22 : La Narbonnaise devient province sénatoriale

- 13 : La Gaule chevelue est divisée en trois régions (Aquitaine, Lyonnaise et Belgique)

5 : Construction à Nîmes (Nemausus) de la maison carrée

14 : Mort de l'empereur Auguste

21 : Révolte des Trévires et des Eduens, conduits par Florus et Sacrovir, contre l'augmentation des impôts. Les gaulois sont écrasés.

68 : Révolte à Lyon du général romain Julius Vindex contre Néron. Après sa défaite, il se suicide à Besançon.

92 : L'empereur Dominitien interdit la culture de vigne en Gaule. Mesure qui eut peu de succès.

177 : Persécutions contre les chrétiens à Lyon sur l'ordre de Marc Aurèle. (martyr de Blandine)

197 : Les légions d'Albinus et de Septime Sévère s'affrontent à Lyon pour le trône. Après la défaite d'Albinus, la ville est pillée et brûlée.

233 : Les Alamans, peuple germanique, parviennent jusqu'à Strasbourg. Ils sont stoppés par les troupes romaines.

244 : Nouvelle invasion des Alamans.

256 : Victoire (temporaire) de l'Empereur Gallien sur les Francs

260 : Les légions de Gaule proclament Postumus (un officier), empereur.

268 : Postumus est assassiné

274 : Tetricus se rend à l'empereur Aurélien. Fin de l'Empire gaulois.

275 : Assassinat d'Aurélien. Nouvelles attaques des Germains en Gaule, repoussées par l'Empereur Probus.

282 : Assassinat de Probus et nouvelles invasions par les Francs, les Alamans et les Saxons.

286 : Dioclétien charge Maximien d'administrer l'Occident.

293 : Maximien nomme Constance Chlore, Empereur de Gaule et de Bretagne.

306 : Mort de Constance Chlore. Son fils, Constantin, après avoir repoussé les Francs, bat son rival Maxence et devient le seul maitre de l'occident en 312.

313 : Edit de tolérance du christianisme dans l'Empire romain.

352 : Nouvelles invasions à l'Est.

357 : Victoire de Julien sur les Alamans à Strasbourg.

360 : Julien est proclamé auguste à Paris.

395 : Mort de Théodose. Partage de l'Empire entre ses deux fils, l'Occident pour Honoris et l'Orient pour Arcadis.

412 : Les Wisigoths s'installent en Aquitaine.

425 : Aetius devient maître de la cavalerie gauloise.

443 : Les Burgondes s'installent en Savoie.

451 : Invasions des Huns qui sont repoussés par une alliance romaine et wisigothe.

454 : Assassinat d'Aetius.

476 : Avec la prise de Rome, disparaît l'Empire romain d'Occident.

 

La Gaule romaine :

Si les gaulois sont d'abord attachés à leur tribu. C'est l'invasion romaine, effectuée en deux temps (de -125 à -118 et -58 à -50), qui leur donne le sentiment d'une certaine unité de la Gaule.

     En -154. Premier appel de Massalia (Marseille). Première intervention de Rome en Gaule.
     On pouvait le prévoir : la victoire sur les Gaulois d'Italie préfigurait, pour les Romains, un affrontement quasi fatal avec les Gaulois de le Gaule. L'an -154 marque une date lourde de conséquences : pour la première fois, les Romains interviennent en Gaule. Massalia (Marseille) est trop souvent victime des attaques des Salyens (Celto-Ligures), un peuple fixé au Sud de la Durance. Les habitants de Massalia ont demandé l'aide de Rome. Les romains interviennent d'abord par mer (échec d'une tentative de débarquement à Fréjus) puis par terre, et donnent à Marseille le territoire conquis de Monaco à Antibes.

     En -125. Conquête de la Provincia.
     Appelés de nouveau par Massalia, les romains vont cette fois conserver le territoire conquis. Après avoir vaincus les Saliens, puis les Allobroges, puis les Arvenes accourus pour combattre aux côtés des Saliens, les armées romaines occupent solidement un territoire considérable, limité par les Alpes, le Rhône, les Pyrénées orientales : la Provincia.

     En -58. La conquête de la Gaule.
     César profite de l'immigration des Helvètes (les habitants de l'actuelle Suisse) qui veulent s'établir sur la cote Ouest de la Gaule, de la menace germanique, et des dissensions entre Arvernes et Eduens pour pénétrer en Gaule. Mais les vrais raisons à cette guerre, ne sont autres que le pouvoir et l'argent : César veut asseoir son pouvoir sur le Sénat, hors seul la puissance militaire le permet vraiment, enfin les richesses de la Gaule excite l'appétit d'un César criblé de dettes. Après le massacre des Helvètes, la défaite des troupes belges, la destruction à Vannes de la flotte des Venètes, la soumission de la Bretagne et de l'Aquitaine, en -53, la Gaule est pratiquement " pacifiée "

     En -52. Alésia.
     En cette année -52 un événement va inciter à la révolte des Gaulois. Fin décembre -53 des troubles se produisent à Rome, beaucoup pensent que ces troubles vont retenir César en Italie, tout va alors commencer à Cenabum (Orléans), capitale des Carnutes. Les Romains sont massacrés et, entre autres, un certains Fufius Cita, préposé par César au stockage du blé. Le soir même en Auvergne, Vercingétorix reçoit les nouvelles et incite les habitants de Gergovie à s'insurger, mais les grands de la cité  s'effraient et chassent Vercingétorix de la ville. Hors les quelques compagnons du début deviennent un véritable parti, tant et si bien qu'à leur tête, Vercingétorix rentre victorieusement dans Gergovie d'où il expulse le parti aristocratique. On lui propose le titre de roi, qu'il ne refuse pas. Dans le même temps, d'autres chefs ont fait prendre les armes à leur peuples.
     Le duel qui opposa Vercingétorix à César au cours de cette tragique année -52, peut enfin commencer. Ce duel, ce jouera en deux parties séparées par une période d'attente. César prend l'initiative et croit à la possibilité d'écraser la rébellion par une double intervention au Nord et au Sud. Mais c'est l'échec et Vercingétorix remporte à Gergovie une victoire incontestable. Suit une période d'attente de deux à trois mois. Puis Vercingétorix qui a l'initiative, envisage l'encerclement de César et de le couper de l'Italie. Cette menace oblige César à agir. Son plan de campagne sera réduit, dans la Gaule qu'il va quitter, à une manoeuvre en retraite. C'est au cours de cette manoeuvre qu'a lieu la bataille d'Alésia (oppidum à 50 km au Nord-Ouest de Dijon) . Vercingétorix enfermé dans Alésia, doit finalement se livrer à César. Alésia marque la fin de l'indépendance gauloise, et le début de la transformation d'une Gaule celtique en une Gaule romaine.

   Vercingétorix, à cheval, se rend à Jules César

     En -46. Mort de Vercingétorix.
     Pour le triomphe de Jules César, Vercingétorix est traîné dans les rues de Rome. Il est ensuite étranglé dans son cachot.

La Gaule va connaître pendant environ deux siècles et demi une "paix romaine" que ne troubleront pas quelques brèves révoltes isolées. Pour en venir là, il a fallu après la reddition de Vercingétorix, que durant quelques dizaines d'années, se parachèvent la conquête et la pacification de la Gaule.

     Vers -16 / -13. Les trois Gaules.
     La Gaule est organisée en quatre provinces : l'Aquitaine, la Lyonnaise, la Belgique (les trois Gaules) dirigées par un gouvernement et la Narbonnaise administrée par le sénat romain.

     En 177. Blandine, première martyre.
     Le christianisme est apparu en Gaule dès le 1er siècle et s'est lentement diffusé vers le Nord et l'Est. Victime des autorités romaines, c'est à Lyon qu'ont lieu les premières persécutions contre les chrétiens. Quarante-huit personnes sont mises à mort parmi lesquelles une jeune esclave, Blandine. Elle sera fouettée, son corps déchiré et percé, après le gril, les fauves, elle sera finalement livrée à un taureau. Blandine est la première martyre de la Gaule.

     En 313. L'édit de Milan.
     L'édit de Milan autorise la religion chrétienne dans l'empire romain. C'est une grande date dans l'histoire du christianisme, mais à la fois un funeste présage pour les derniers païens. Les chrétiens oubliant vite les persécutions qu'ils subirent lorsqu'ils n'étaient qu'une communauté religieuse minoritaire, pour persécuter à leur tour ceux qui rejetèrent le christianisme.

Tandis que le christianisme devient peu à peu la religion des habitants de la Gaule, l'arrivé des "Barbares" sur notre territoire va peu à peu modifier la structure politique et sociale de la Gaule.